Água Raz (Eau peroxydée)

Paroles & musique par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

 

Na cidade

No musseke

Lá no mato

Estamos a chegar.

 

(Refrão)

Agua Raz

Canivete em pé

Luz e água

A trabalhar

 

A candeia

É uma vela

Carboreto

Vai te iluminar.

 

Tem quem teve

Não tem mais

Não adianta

Lhe kassumbalar

 

Chão de areia

P’ra quem espera

Chão de estrelas

Vamos alcançar

Rima na conversa

Estila na passada

Estiga bué

É estigado também…

Dans la ville

Dans le musseke (1)

Dans la brousse

On attend

 

(Refrain)

Eau peroxydée

Couteau altéré

Lumière et eau

Au secours…

 

Les chandelles

Une bougie

Le charbon

Vont éclairer

 

Ceux qui ont eu

N'ont plus rien

C’est inutile

De leur réclamer

 

Assis par terre

Tourné vers les étoiles

On espère y arriver

Les mots qui riment

Le dernier style à la mode

Mais on ne se mobilise plus assez

 

(1) Musseke : quartier populaire et déshérité.

 

Tonokenu (Divertissement)

Paroles & musique par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

 

Muimbu ionioio

Tua imbila kua putu

Jinguenji jo iuzo

Eza kia vulu.

 

(Refrão)

Ungué, ungué

 

Makamba ió diló

Kalunga ii

Ujila kiá uaba

Zenu ku bandessa.

 

Xika oh n'goma

Xika oh puita

Xika oh dikanza

 

A kua ngola

Xikenu kia mbote

Ku dissuassuana

Kala mutu dibata dié.

 

Kizomba ua'tula

Zenu kia boba-kaxi

Kota messene

Uejia ku tanga.

Cette chanson

Nous la chantons partout

Les gens

De loin sont venus nombreux

 

(Refrain)

Ungué (1), ungué

 

Et les copains pleurent

Sur ce beau thème

Qui nous ressemble

 

Frapper le tam-tam

Sonner le puita (2)

Vibrer la dikanza (3)

 

Angolais

Jouez correctement

Et bougez

Comme avant

 

Quand il y a une fête

Il y a toujours un maître

Que nous devons suivre

Pour mieux envoyer

 

(1) Ungué : instrument monocorde africain de la musique brésilienne.

(2) Puita : instrument africain, ancêtre de la cuica brésilienne.

(3) Dikanza : instrument africain, sorte de reco-reco.

 

Le départ d'un vrai ami

Toujours présent

Qui me laisse nostalgique

On se donnait la force.

 

(Refrain)

C’est ça Remy Kolpa

C’est ça mon copain, ouai

 

Son cœur généreux

Dans ma pensée

Son travail nous a marqué

Et maintenant il nous a quittés.

 

Avec sa manière de parler

Avec sa manière d'écrire

De décrire nos chansons

Il a donné l’impulsion.

 

(1) Rémy Kolpa-Kopoul était un journaliste français. Il a travaillé pour différents media, notamment Libération, Actuel et Radio Nova. Il était un grand spécialiste des musiques brésiliennes.

Banza Remy (Pensée pour Remy )

Paroles & musique par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

 

Dikamba kiá mbote

A ngui xissa oh enda

A ngui menekena

Nga sakidila.

 

(Refrão)

C’est ça Remy Kolpa

C’est ça mon copain, ouai

 

Muxima yonene

Ngolo banza ngó

Kalakala kia vulu

Lelu a tu xissa-kiá

 

A zuela kia uaba

A soneka kiá mbote

Kamba diami dia muxima

A n’gui xissa oh enda

 
 

Ngo Kuivu (J'ai compris)

Paroles & musique José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

 

Ngo kuivu nakuetenu

Jipangue ja biluka kiá

Kitade uabu kiá

Tolo bita nzala.

 

N’go diongo ngana

Maka mavulu

U biluka kenieke

Kala muloji di bata dié.

 

Sanzala uá dikolo

Eie a jije

Etu tua tu zolo

Ni kiluinji kiá uaba.

 

Maza tua dila

Lelu tolo banza

Mungu kuebi

Ixietu kenieke.

 

A kua Ngola

Ditalenu-Ze

Imbilenu kiambote

Oh mambo ma certo.

 

Ai-Ai-Ué

 

Sai mutu u lenga

Sai mutu i dila

Sai mutu bualeia

Mukonda uá zuela.

Je vous ai compris

Tout a changé

L'argent n'est plus

Vous avez faim.

 

Je vous demande

Dans cette angoisse

De ne pas dégénérer

Comme ces sorciers.

 

Le village crie

Le sorcier est têtu

Mais nous

N'aimons que les sages.

 

Angolais,

Levez-vous

Et regardez autour de vous

Chantez plutôt votre réalité.

 

Des gens fuient

Des gens pleurent

D'autres sont en prison

Pour s'être exprimé

 

Hier les pleurs

Aujourd'hui la réflexion

Et demain

Où va donc cette Terre comme ça ?

Sodade, Meu Bem, Sodade (Tu Me Manques, Mon Aimée, Tu Me Manques)

Paroles & musique par Alfredo Ricardo do Nascimento – aka Zé do Norte. Published by Bandeirante Editora Musical Ltda. (ADDAF).

 

Sodade, meu bem, sodade

Sodade do meu amor

Foi-se embora

Não disse nada

Nem uma carta deixou

 

E os óio da cobra verde

Hoje foi que arreparei

Se arreparasse a mais tempo

Não amava quem amei

 

Quem levou o meu amor

Deve ser um meu amigo

Levou pena deixou glória

Levou trabaio consigo

 

E arrenego a quem diz

Que o nosso amor acabou

Ele agora tá mais firme

Do que quando começou

 

Sodade, meu bem, sodade

Sodade do meu amor. 

Sodade de mon amour

Qui est partie

Sans rien dire

Sans même laisser une lettre

 

Et les yeux du serpent vert

C’est aujourd’hui que je les ai repérés

Si je les avais vus avant

Je n’aurais pas aimé qui j’ai aimé.

 

Celui qui m’a pris mon amour

Doit être un ami

Il a pris la peine et a laissé la brillance

C’est du travail qu’il a pris avec lui

 

Et  je maudis ceux qui disent

Que notre amour est fini

Maintenant, il est plus solide

Qu’à son début

 

Tu me manques, mon aimée, tu me manques

Sodade de mon amour

 

Recados de Fora (Messages d'Ailleurs)

Paroles & musique par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

Ki-ixi Luanda cerimónia

Tem kipico tem kibeba

Tem kanjika tem kizaka

O que eu comi já me chega.

 

Oh de fora o teu recado

É p’ra Angola receber

Não diga que está errado

Antes do povo espender.

 

(Refrão)

O que eu comi já me chega.

 

Não ralha filho alheio

Se teu filho está abusar

Não coma na panela

Se não sabes cozinhar.

 

Numa zuna Njila ii

É caminho p’ra seguir

Não pega na boleia

Se não sabe maguelar.

 

Frikiki passa no trumuno

Passa a quem pode marcar

Bota água na kikuerra

P’ra ngonguenha fermentar.

 

O balado está folgado ?

Teketado está bazar.

Deixa rasto ká dinanza

Onde lhe vão apanhar.

Les plats de Luanda avec cérémonie

Il y a kipico (1), kibeka (2)

Il y a kanjice (3), kizaka (4)

Ce que j'ai mangé me suffit.

 

De loin j'informe

Pour que l'Angola reçoive

Il n’y a pas de mal à répéter

Avant que le peuple ne se fâche.

 

(Refrain)

Ce que je mange me suffit

 

Ne réprimande pas l'enfant d'un autre

Si le tien est pire

Ne mange pas dans la casserole

Si tu ne sais pas cuisiner.

 

Rien ne sert de courir pour courir

Sans savoir où aller

Gare à tes fréquentations

Si tu n'sais te retenir.

 

Change de jeux

Pour que le meilleur gagne

Avec de l'eau dans le kikuerra (5)

Pour faire gonfler la farine.

 

On assiste les puissants qui fuient

Avec plus de soucis

Sans laisser de trace

Pour se faire attraper.

 

(1) à (4) : Plats nationaux angolais.

(5) Kikuerra : Plat à base d’eau, de farine et de sucre.

 

Espalha (Haie d'Honneur)

Paroles & musique par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

 

Espalha braza no terreno

P’ro muata poder passar

(Sine kuá-niente,)

 

Rega o piso dessa farra

P’ra barona caprichar.

(Sine kuá-niente,)

 

Udiá-uié

Uji jila

Uxala

(Sine kuá-niente,)

 

Carboreto na candeia

Carnaval a despontar

(Sine kuá-niente,)

 

Se uá jiji

Ninguém vai te suportar

(Sine kuá-niente,)

 

Do kumbu do incabável

Só a fama é que ficou

A rebita engravatada

Na elite que falhou

(Sine kuá-niente,)

 

Pala mungu dina kadinanza

É-ué jipangue jetu

Bilukenu é-ué

Prépare la haie d’honneur

Pour que le chef passe.

(Sinon rien)

 

Profite et va-t’en

Ne persiste pas, décampe.

(Sinon rien)

 

Mange et déguerpis

SI tu insistes

On te prend.

(Sinon rien)

 

La nuit sans lumière

Le carnaval s'appauvrit.

(Sinon rien)

 

Inutile d'être têtu

Personne ne t'acceptera.

(Sinon rien)

 

Ceux qui ont de l'argent

Ne s'en vante plus

La rebita pleine de cravates (1)

Et l'élite désarçonnée.

(Sinon rien)

 

C'est bien fait

Il fallait nous écouter

Pour vivre bien.

(Sinon rien)

 

(1) Rebita : désigne un genre musical populaire dont l'accordéon est l'instrument essentiel, mais aussi une soirée où l'on danse le rebita.
La rebita pleine de cravates : alors qu'originellement populaires, ces soirées sont désormais assaillies par des hommes en costard-cravate.

 

Anangola (Fils d'Angola)

Paroles & musque par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

 

Sai mutu u dikola

Sai mutu u lela

Sai mutu u kalakala

Kitadi kofele.

 

(Refrão)

Anangola Anangola-ué

Balumuka Ngongo-ué

 

Maza tuá dila

Tuá dila kiavulu

Lelu tolo banza

Oh maka ma bolo.

 

Tua xala kenieke

Makamba jala kuebi

Tu zuela kiambote

Ixietu mua Ngola.

 

Dibata diá tatá

A mu sumbissa

N’dengue ja saluka

A biluka kifumbi.

Il y en a qui crient

Il y en a qui travaillent

Avec très peu d'argent.

 

(Refrain)

Fils d'Angola, fils d'Angola

Sortez de votre torpeur.

 

Hier on a pleuré beaucoup

Aujourd'hui on ne fait que penser

Et ça ne donne rien du tout.

 

Rester figé

Sans même les copains

Juste des bonnes paroles

Sur cette terre d'Angola.

 

Les maisons des parents

Ne sont plus les mêmes

Les enfants sont étourdis.

 

Odji Maguado (Tes Yeux Peinés)

Paroles & musiqie by Francisco Xavier da Cruz – aka B.Leza.

Published by Africa Nostra (catalogue Lusafrica) / SM Publishing (SACEM).

 

Bô odji maguado

Titá seduzi-me nha vida

Ô flor sem igual

Ô santa mas querida

 

Dá-me bô amor

Pá-me bem curá esse mal

Qui titá magoá-me

Qui titá matá-me

 

Ô anjo  di Deus

Dá-me esperança

Pá-me podê vivê

Na alegria

 

Sô bô amor

E nha consolança

Nesse mundo de amor

Nesse mundo di dor

Tes yeux peinés

Ont séduit ma vie

Fleur sans pareil

Sainte chérie

 

Donne-moi ton amour

Pour soigner ce mal

Qui m'étreint

Qui me ruine

 

Ô ange du Bon Dieu

Donne-moi l'espérance

Pour que je puisse vivre

Dans la joie

 

Seul ton amour

Peut me consoler

Dans ce monde d'amour

Dans ce monde de douleur

 
 

Outros Tempos (Le Temps d'Antan)

Paroles & musique par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM)..

 

Kamundongo conviveu
Bassulou kafricou
Aguerrido que venceu
E ninguém contrariou.

 

Era tempo da mulemba
Imbondeiro gajajeira
Akadiá kua mana Zinha
E não se comia lá.

 

É na goela de um castiço
Que você vai encontrar
O recado do outro tempo
Não podemos apagar.

 

Sabendo desse mambo
Imbilando p’ra vocês
Cá da estranja vou gritando
P’ra podermos conviver.

 

Tem bairro não está mais
Tem povo que bazou
A história kafumbada
P’ra poder se fitiar.

 

As fimbas que mandei
Aqui dentro de Luanda
Cacimbas estão aí
É só lhe "precurar".

Le Kamundongo (1) sociable

S'impose toujours

Jamais vaincu

Et personne ne le contrarie.

 

Au temps de la mulemba (2)

De l’imbondeiro (3), de la gajajeira (4)

Le jeune Zinha

Ne se faisait pas embêter.

 

Sur les voies de la tradition

On peut trouver

Le message d'antan

Que nous ne pouvons effacer.

 

Tenant compte de cela

Mon chant pour vous

Mon cri de l'étranger

Est là pour mieux vous rencontrer.

 

Certains quartiers ne sont plus

Des gens sont partis

L'histoire est rompue

Comme pour effacer la vérité.

 

Mes plongeons dans les cacimbas (5)

Ici dans Luanda

Les lieux sont toujours là

Il suffit de les chercher.

 

(1) Kamundongo : Résident de Luanda.

(2) à (4) : Arbres à palabres gigantesques, parfois fruitiers donnant de l'ombre.

(5) Casimbas : Petits lacs.

Marikota 

Paroles & musique par José Barcelo de Carvalho – aka Bonga. Published by Africa Nostra (SACEM).

 

Marikota foi de Angola para Lisboa

Foi-se embora sem vontade de bazar

Arrelias no musseque, toda hora

O mukutu já  não dá p’ra continuar.

 

Sem mais nada p’ra dizer a vizinhança

Com a trouxa preparada p’ra galhra

Marikota já perdeu a esperança

Só espera o kandongueiro p’ra a levar.

 

No caminho vai dizendo volto já

P’ro destino que não sabe o que encontrar

Solidão que dura muito traz azar

Marikota tem de ir p’ra outro lugar

 

Vai bazando sem olhar para traz

P’ra não ter que se arrepender

Ruído dos canukos a chamar – Tia

As marcas bem vivas do lugar.

 

Estão dizendo que eu devia te informar

Que na estranja cada um no seu lugar

Os balados aqui estão a chegar

E o pobre em qualquer lado vai penar.

De l'Angola vers Lisbonne

Elle s'en va sans vouloir partir

Des ennuis dans le musseke (1) tout le temps

Son corps ne peut plus le supporter

 

Plus rien à dire aux voisins

La valise prête à son tour

Marikota  a perdu l'espoir

Elle n'attend que le kadongueiro (2)

 

Sur le chemin, elle se dit qu'elle reviendra

Du destin incertain elle ne veut plus

La solitude qui dure mène au malheur

Marikota doit changer de lieu

 

Elle s'en va sans se retourner

Pour ne pas regretter

En chœur des enfants l'appellent : "Tia"

Marquée à vif elle veut les oublier

 

Ils disent que je devrai l'informer

Qu'à l'étranger, c'est chacun pour soi

Alors que les fortunés arrivent aussi

Les pauvres eux souffrent partout

 

(1) Musseke : quartier populaire et déshérité.

(2) Kadongueiro : taxi local.

 
  • YouTube - Black Circle
  • Facebook - Black Circle